Julien Allegre

als8

Julien Allègre né en 1980 à Arles – France
[Ses cicatrices d’Humanité.
Par vive possession, Allègre s’élance d’une trame élémentaire, puis il jette la clef des codes. Sorties du souterrain, ses formes acérées, fantasmées et possédées font disparaître toute banalité fatiguée. Parfois, comme un soleil, la forme incante l’espace. Parfois, un visage d’immensité emporte l’horizon. Face éclatée et plurielle, traversée de tous les creux du monde. Ce sculpteur ose priver les masses de leur masse. Ne restent que l’enveloppe, la carcasse nue, et la peau fragile de l’essentiel… Par la matière évidée, Allègre déchire l’étendue. Par les failles de l’espace, il échancre la matière. Il met en fleur des cicatrices d’humanité. Ecriture sauvage de la défiguration. Espace déchiqueté. Ses sculptures sont des fulgurances. La fièvre des profondeurs habite ces grands surgissants, ces chromatiques brûlées, et ces masques d’intimité. Ses êtres frénétiques, libres de toute évidence culturelle, bouleversent l’inertie du réel, et s’enracinent aux affres du désir. ]

                                                                Extrait texte Christian Noorbergen

Julien noue depuis des années une relation intime avec le métal rouillé. Il s’émerveille lorsqu’il croise sur son chemin de vieux bidons abandonnés, et leurs donne alors une place dans son atelier. Plus tard, il consulte son trésor; il découpe alors des formes, entrecroise des restes de déchets, c’est la magie des assemblages; guidé par des notes de Jazz, il réveille les objets endormis et leurs offrent des couleurs de la vie. Ainsi se rencontrent de grands fantômes moqueurs, un consommateur aguerri, un danseur hystérique une prostituée lessivée, un promeneur décidé à croiser la femme de sa vie.. Julien nous fait vivre de belles rencontres uniques et passionnées; comme l’est son travail. (MGL)

D’abord formelle, je m’inspire du monde qui nous entoure, de cette débordante surconsommation, de matières patinées par le temps et divers restes d’une civilisation dont le principal acteur est le bidon. Lors de mes voyages à la rencontre de savoir-faire, guettant les matières curieuses et l’infatigeable ingéniosité de transformer le jetable. Immanquablement sensorielle, le jazz nourrit mes envies créatrices.

De CALDER : »à propos de ma méthode de travail: la première des choses, c’est l’état d’esprit.L’allegresse. »

Contacter la galerie :

Meet Robinsonnes

  • 2 rue de la Tourraque, 06600 Vieil-Antibes

  • lesrobinsonnes@orange.fr

  • +33 4.93.65.62.39


  • Les Robinsonnes, la science de l’Art ... p3

  • Femmes Actuelles ... p5

  • Femmes Insolites ... p6

  • Femmes Globe-Trotteuses ... p9

  • Femmes d’Esprit ... p11

  • Femmes de Coeur ... p14

© 2015 Galerie les Robinsonnes.